Escalade en Haute-Savoie 

AVALANCHES et BRA

Dès que l’on évolue dans la neige, hors des pistes ouvertes, on est soumis au danger d’avalanche. Il peut être insignifiant ou au contraire très important. Si on ne peut presque jamais être sûr de la sécurité ou de l’insécurité d’une pente, à moins d’être loin de toute relief suffisamment raide pour provoquer une avalanche, il est par contre possible de connaître le risque à l’échelle d’un massif en consultant les BRA (Bulletin d’Estimation du risque d’Avalanche). Risque que l’on pourra plus ou moins affiner ou gérer localement en fonction des connaissance que l’on a sur la neige et les avalanches. Le mécanisme de formation d’un manteau neigeux propice à des départs d’avalanches est complexe car il intègre généralement une succession de conditions météorologiques différentes où de nombreuses configurations sont possibles. Le problème se complique à cause de la grande variabilité de ces conditions à l’intérieur même d’un massif montagneux voire même d’une pente à une autre pente voisine. Voyons quelques généralités.

Pour qu’une avalanche puisse se déclencher, l’inclinaison de la pente doit être supérieure à 20° environ, mais la plupart des avalanches se déclenchent dans des pentes comprises entre 30 et 45°. Mais en terrain plat ou peu raide, on peut être atteint par une avalanche partie d’une zone plus raide située à proximité. Dans des cas extrêmes, on a vu des avalanches, après avoir atteint une vitesse importante, parcourir plusieurs centaines de mètres en terrain plat ou légèrement ascendant, voire plusieurs kilomètres dans le cas d’un gros aérosol de neige poudreuse.

Une avalanche peut être qualifiée de :

Spontanée (ou naturelle) si elle se déclenche uniquement à cause des conditions météorologiques ou de la transformation naturelle du manteau neigeux. Le départ peut être ponctuel ou linéaire (départ en avalanche de plaque).

Provoquée accidentellement si elle se déclenche à cause du passage d’une ou plusieurs personnes (skieurs, surfeurs, randonneurs à pieds ou en raquettes…). Dans ce cas, c’est le plus souvent une avalanche de plaque.

Provoquée artificiellement lorsqu’elle est déclenchée volontairement par un explosif (c’est le cas surtout dans les stations de ski afin de sécuriser les pistes de ski). Cette catégorie sera exclue des explications puisque ces avalanches sont sans danger pour les skieurs et randonneurs.

Provoquée naturellement lorsqu’elle est déclenchée par une chute de sérac, de corniche... ou un séisme !

Il existe plusieurs types d’avalanches :

Les avalanches de plaque : C’est « l’ennemi numéro un » du skieur hors piste ou randonneur. En effet, les plaques sont comme des pièges qui attendent une surcharge, passage d’une ou plusieurs personnes ou nouvelle chute de neige, pour provoquer une avalanche. Ainsi, le risque de déclenchement d’avalanche au passage de skieurs est parfois fort alors que tout semble calme puisque les avalanches ne se déclenchent pas spontanément. D’ailleurs, la plupart des accidents d’avalanches impliquant des skieurs hors pistes, randonneurs à skis ou en raquettes sont dus à ce type d’avalanche. Cliquer ici pour en savoir plus.
Les avalanches de neige poudreuse : Elles se déclenchent spontanément lors de fortes chutes de neige froide et légère. Ces conditions se rencontrant surtout en altitude par mauvais temps, elles font peu de victimes puisque les conditions météorologiques ne sont pas propices à la randonnée en montagne. Mais dans des conditions exceptionnelles, ces avalanches peuvent parvenir jusqu’à des zones habitées où elles peuvent être très destructrices. Une caractéristique importante de ce ces avalanches est leur très grande vitesse : jusque 100 à 200 km/h, voir plus. Cliquer ici pour en savoir plus.
Les avalanches de neige humide : Elles sont plus lentes (de l’ordre de 40 à 50 km/h) mais la neige, très dense, a une grande puissance. Ces avalanches, généralement spontanées, se déclenchent lors d’une forte humidification d’une partie du manteau neigeux, surtout en présence de neige récemment tombée. L’eau provient soit de la pluie, soit de la fonte en surface de la neige. En cas de pluie sur de la neige récente, il y a une crue avalancheuse, c’est à dire un grand nombre d’avalanches en l’espace de quelques heures. Cliquer ici pour en savoir plus.
Les départs en reptation (appelées aussi plaques de fond) : Ces avalanches emportent toute la neige jusqu’au sol, c’est à dire jusqu’au fond du manteau neigeux. Dans leur zone de départ, ces avalanches ressemblent aux autres plaques mais la cause de l’avalanche est autre. Elles se produisent soit quand le manteau neigeux est entièrement humidifié, soit lorsqu’une grosse chute de neige se dépose à même le sol. C’est le seul type d’avalanche conditionné par le type de sol : On les observe surtout sur les raides pentes herbeuses ou en dalles rocheuses, elles ne se produisent pas sur les sols très rugueux comme les pierriers. Ce type d’avalanche n’est pas provoqué par le passage de personnes. Cliquer ici pour en savoir plus.

La consultation des BRA (Bulletin d’Estimation du risque d’Avalanche), édités par Météo-France, permet de cerner pour chaque type d’avalanche quel est le risque encouru en fonction de l’altitude ou de l’orientation des pentes, information importante pour la gestion du risque que l’on accepte de prendre. L'enseignement retiré du bulletin dépend bien évidemment de l'expérience et de la connaissance du milieu montagnard de chaque utilisateur. Dans certaines situations délicates, le skieur peu expérimenté peut être amené à annuler le hors-piste ou la randonnée projetés et à skier sur les pistes ouvertes. Ce bulletin n’est valable qu’en dehors des pistes balisées et ouvertes. En effet, sur celles-ci, le risque est toujours très faible puisque la neige damée des pistes est stable et que les pentes les surplombant sont généralement purgées à l’explosif avant ouverture. Le BRA est réalisé l’après-midi, il concerne la journée du lendemain.

Il comporte plusieurs parties :

Estimation des risques sur l’échelle européenne du risque d’avalanche : On trouve ici une information extrêmement synthétisée de la situation avalancheuse, de plus amples détails étant disponibles dans la partie Stabilité du manteau neigeux. L’indice de risque est déterminé en tenant compte du texte accompagnant l’échelle de risque. Il s’agit d’une valeur moyenne sur un massif montagneux, des variations locales du risques étant possibles d’un secteur à l’autre pour des pentes de même caractéristiques (altitude, orientation, inclinaison, profil). Pour un massif, il peut y avoir deux indices : En général deux valeurs différentes en fonction de l’altitude ou bien une évolution dans la journée par mauvaises conditions météorologiques ou bien plus rarement, au printemps, une séparation en fonction de l’orientation des pentes.

Conditions d’enneigement : Cette partie ne donne pas d’information sur le risque d’avalanche mais uniquement sur les quantités de neige que l’on peut trouver et souvent aussi sur les conditions de ski (Neige dure, croûtée, poudreuse, etc.)
Aperçu météo : Il ne s’agit pas d’un bulletin météorologique complet mais d’une prévision très succincte indiquant les paramètres influençant le manteau neigeux. C’est une information intéressante pour comprendre l’évolution de la neige ou pour détecter d’éventuelles mauvaises prévisions du risque d’avalanche (Par exemple si on s’aperçoit que des précipitations annoncées sont beaucoup plus fortes ou faibles que prévues).

Stabilité du manteau neigeux : C’est l’information la plus importante. Même si là aussi les descriptions sont synthétisées, on va trouver ici des détails sur les types d’avalanches à redouter, leur grosseur, les orientations ou les altitudes plus dangereuses, parfois la période de la journée plus propice aux avalanches.

Tendance ultérieure du risque : Un texte très court indiquant si le risque d’avalanche va augmenter ou diminuer le ou les jours suivants. Si le risque évolue un peu, l’indice de risque peut rester le même (Chaque indice couvre une plage de risque).

Les BRA sont diffusés quotidiennement du 15 décembre au 30 avril environ. Du 1er novembre au 14 décembre et du 1er mai au 15 juin, au moins deux bulletins par semaine sont réalisés les lundi et jeudi. Plus succincts (Ils n’indiquent pas d’indice de risque), on les appelle Informations Neige et Avalanche (INA). BRA et INA sont diffusés sur plusieurs supports : Internet sur www.meteo.fr (rubrique montagne), Minitel 3615 code METEO, répondeurs téléphoniques : 0.892.68.10.20