Escalade en Haute-Savoie
 

A burnes

Falaise : Le Parmelan
Cotation : 7c+/8a
Intérêt :  
Type : Conti
Longueur : 35 m
Dévers : 5 m
Equipement :  
Points : 16
Réalisations :   

Equipeur : Didier Bétemps

Première réalisation : Gab dit « Jean Rajoute », août 2015

Avis de l'équipeur : Pas mal de boulot pour rendre cette ligne sympa, alors maintenant qu’on s’amuse….

C’est juste une histoire de feeling, j’avais l’impression que l’on pouvait faire quelque chose de pas trop mal avec cette ligne, juste ce passage lisse comme un c… il fallait trouver la solution , voilà pourquoi sont apparues 2 appendices : certains, certaines apprécieront, d’autres crieront à l’infamie, qu’on s’exprime, haut et fort…

C’est de la pure conti : ça commence doucement , puis un peu plus dur pour remonter deux inverses, un trou à droite et là il faut avoir un peu de lecture pour aller un peu loin à gauche (bien monter les pieds avant) chercher un espèce de carré, que moi, je prends en inversé (dégaine en place). Là je bidouille main droite pour libérer main gauche, cette dernière (main gauche) vient claquer une petite verticale et main droite en haut à droite sur un petit pilier, les pieds un peu dans le beurre.
S’en suit une inverse main gauche puis enfin un bon trou (main D). Cette partie est vraiment à méthode .
Ca y est on arrive un peu cramé aux appendices, mais là oh surprise pas réellement moyen de se refaire, les pieds à plat. Arrive le crux : plusieurs méthodes, pour les souples bien se regrouper sur les burnes, pour d’autres comme moi, aller chercher des « merdes » en haut à gauche pour bien valoriser main droite dans la fissure, la sortie étant un bon plat en haut à droite.
La suite déroule, avec un crochet à gauche, pour arriver sous le 1er relais. Enfin un peu de bourrinage (ça fait du bien au cerveau) pour clipper le « 7c ».
S’il vous en reste, continuer avec une série d’inversées, c’est vraiment physique, ça cuit l’homme, surtout que ça se redresse et que les pieds cherchent appui, et que ça devient expo… mais pas dangereux.

Si vous réussissez à clipper R2 (7c+/8a), les promeneurs du dimanche, fort sympathiques, n’en reviendront toujours pas.

Pour le nom : c’est évident.
Sachez simplement que chez les Pouvreau, Monsieur encourage Madame en lui hurlant des « A burnes ». Moi ça me plait, ça change des « Allez » et «  des « A muerte ».

Une petite anecdote : ayant éclaté la cartouche de sika (à 20 euros quand même) et voulant utiliser le reste en mélangeant l’ensemble avec les doigts, j’ai réussi à coller le grigri et le mousqueton à vis. Plus moyen ni de descendre , ni de monter . Après un long moment pendu comme cochon, je ne dois mon salut qu’à un sympathique promeneur… Comme quoi, ne jamais se moquer, des basses personnes !