Escalade en Haute-Savoie
 

Bill Grumeau

Falaise : Suet
Cotation : 8b
Intérêt : ****
Type : Conti
Longueur : 23 m
Dévers : 7 m
Equipement : Broches
Points : 10
Réalisations :  Plus de 2

Equipeur : Gilles Brunot

Première réalisation : Gilles Brunot

L'avis de l'équipeur : De toutes les voies que j'ai pu équiper, c'est ma préférée avec " Surprise Sur Prises " à la Chapelle Saint-Gras. Il faut dire que c'est un style qui me convient à merveille : Une escalade technique, en léger dévers et tout en continuité (45 mouvements). Le seul inconvénient de cette voie est son obstination à sécher très lentement (Quand le terrain est très humide, compter deux à trois semaine de sécheresse). C'est peut-être mieux ainsi car elle doit se laisser désirer. La fréquentation dans cette voie étant faible à cause de son niveau, supérieur à celui de la moyenne des hauts savoyards, on sera peut-être obligé de brosser les prises de la première moitié, celle qui subit les résurgences tenaces.

Les premiers mètres sont tellement faciles qu'ils ne sont pas protégés. Ensuite, de bons aplats et quelques grands écarts amènent rapidement au crux : Trois mètres avec un bidoigt et des aplats "moisis" qu'il faut savoir bien attraper, jusqu'à un très bon aplat. Cette section, difficile à appréhender, est protégée par un point de travail que l'on sautera facilement dans l'enchaînement. Il existe plusieurs méthodes : Soit, comme Rogeot, tu fais le sanglier de face, soit tu choisis une méthode de renard, tel Bill qui nous fait six lolotes. Poursuivons un peu plus haut : Un blocage difficile sur une réglette peu franche amène à une section sur prises assez grosses et un peu engagée. Encore un gros aplat. On croirait un repos, mais c'est tout juste bon à s'exploser les avant-bras. L'inclinaison faiblit et devient verticale, mais les prises se font petites. Il faut donc savoir se poser pour ne pas bourriner sur les doigts. Je vous donne quand même une indication : Le repos est sur le monodoigt! Profitez-en car il faut du jus pour la dernière section, sur aplats puis prises franches, mais à nouveau plus raide.

Début du crux : De la fissure main gauche, saisir le bi-doigts marron main droite. Ici le grimpeur est temporairement en écart, passant d'une position de lolote à une autre en sens inverse. Du bidoigt, attraper main gauche l'aplat, que l'on prend en pince très large. Ensuite, il faudra loloterà fond en utilisant un bon gratton pied droit pour atteindre un petit aplat main droite. Lolote inversée, pied droit au même endroit, afin de remonter main gauche sur un autre petit aplat à la même auteur... puis jeter sur le bac. Ouf ! le bac.
Après le bac, un des mouvements intrinsèquement les plus durs : Petite réglette arquée main gauche. Remonter sur deux inversées, pied droit en adhérence sur la rampe. Mousquetonnage, pommeau main droite. Petite section engagée mais assez facile ensuite.
Après un mauvais repos, on attaque sur les petites prises... heureusement que c'est moins raide! Bientôt le meilleur repos, sur le monodoigt! puis la dernière section dure, très éprouvante dans l'enchaînement. Dernier pas dur, c'est presque gagné.