Escalade en Haute-Savoie
 

La loi de Murphy

Falaise : Bionnassay
Cotation : 8a+
Intérêt : ***
Type : Conti, bloc
Longueur : 37 m
Dévers : 7 m
Equipement : Goujons 12 mm
Points : 17
Réalisations :  Plus de 2

Equipeur : Frédéric Gentet

Première réalisation : Frédéric Gentet

L'avis d'un grimpeur : Presque aussi belle que Les coudes au zénith mais dans un style plus en force, plus rési.

Normalement, on ne devrait plus tomber une fois la moitié de la voie atteinte.

Le début est identique à celui des Coudes. Au 4ième spit, on reste legèrement à droite plutôt que de traverser à gauche. Juste après la séparation, il y a déjà un pas de bloc très à doigts où l'on jette sur un bac. Au début, je trouvais ça très dur puis une fois bien calé et en forme, je le maîtrisais très bien et je pouvais passer ce pas dans l'enchaînement au moins 3 ou 4 fois par jour. Le repos sur le bac est très moyen et inconfortable, on y reste peu de temps. Les mètres suivants sont plus cool mais pas vraiment faciles. Encore un pas dur, soit avec une mauvaise épaule pour chercher la réglette clé, soit en faisant une horloge fatiguante. On arrrive sous le toit, repos mauvais où l'on reste moins de 10 secondes.

Jusque là c'est un 7c de 15 m à doigts, rési avec seulement quelques décontractions. Ensuite vient le crux, très violent et physique, à faire les doigts plus très frais ! Plusieurs méthodes sont possibles :
- en direct en 5 ou 6 mouvements
- en grands écarts... je n'ai pu observer personne avec cette méthode
- par la droite, plus long et un peu moins violent (5 mouv' de plus que la méthode n°1)

J'ai choisi la troisième méthode. La traversée à droite demande du gainage, surtout au moment d'enlever le pied gauche... pas facile à contrôler, parfois le pied droit s'en va et il faut vite recoller l'autre. La montée sur 2 ou 3 réglettes et un carré assez bon n'est pas très difficile, relativement aux crux. Ensuite il faut repartir à gauche : c'est violent. Deux méthodes, j'ai choisi de ne pas utiliser une grosse pince verticale mais de traverser horizontalement en m'aidant d'un crochet de spatule pied gauche et en finissant par une lolotte pas facile permettant d'arriver sur un bac... je ne suis plus tombé une fois avoir attrapé cette prise.

3 mouv' et on arrive à un bac encore meilleur, repos quasi total en écart, mais inconfortable... il faut quand même se reposer car la section suivante est fatiguante : atteindre la sortie du dévers, traversée estéthique à droite, assis sur les pieds sur les grosses prises, sortir au super repos total.

De là il ne reste plus qu'un 7a pour finir.