Escalade en Haute-Savoie
 

L'attaque de la moussaka géante

Falaise : Le Suet
Cotation : 8a+
Intérêt : ***
Type : Conti, bloc
Longueur : 30 m
Dévers : 5 m
Equipement : Goujons de 12 mm
Points : 13 points
Réalisations :  Plus de 2

Equipeur : Stéphane Roguet et Cyril Vion

Première réalisation : Stéphane Roguet

Initialement à 8b+, un point a été déplacé dans la fin du crux, abaissant la difficulté, la cotation étant désormais estimé à 8a+.

L'avis de l'équipeur : Première longueur en 6c, fissure qui chauffe bien les biceps. Au dessus du relais, 4 ou 5 mouvements pas trop durs jusqu'à un gros bac. Ici, il y a un bon petit crux : il faut bloquer ce bac main gauche pour choper une croûte main droite qu'il faut serrer fort pour ramener sur une immonde inter avant de jeter sur une réglette plate assez large. Ensuite, les mouvements restent soutenus sans être horribles.Vague décontraction avant la section dure. Dans le crux, il faut prendre une bonne colonne main gauche et monter le pied droit assez haut carre externe sur un bon taquet pour fermer fort jusqu'à une bouse main droite. Ensuite, je ramène la main gauche sur une verticale pas bonne pour alléger le pied gauche, le remonter en coinçant vaguement le genou contre la colonne. Ensuite je relance sur une réglette correcte. On peut noter que lors de l'enchaînement, j'ai sauté le point et mousquetonné directement le dernier. Après cette section intense, on arrive sur une colonne hyper évasée main droite, puis on bidouille pour aller claquer derrière le rebord main droite sur un plat pourri... puis une fermeture et relais vaché !!

L'avis d'un grimpeur : Ligne évidente, la « Moussaka » intrigue : du bas, on devine aisément le crux et ses petites colos s’interrompant sur des rondeurs inquiétantes. Pour vous rassurer, pas d’infâme pas de bloc, mais de la résistance longue qu’il faut gérer.
La première impression peut être trompeuse, on peut penser empocher rapidement la croix, car un seul repos est très vite possible. Il faudra arriver assez frais au dixième point, où l’on peut « délayer »  (environ 7c, avec quand même un pas violent sur une « sâle » réglette). Suit le crux (environ 14 mouvements ), plusieurs méthodes sont possibles. Globalement équivalentes en terme de difficultés, elles dépendront de la morphologie du grimpeur. Le plus intense est après la bonne colo main gauche, où  le bras droit ramasse une vraie « chataigne » !
La « Moussaka » est une voie « grande classe » et exigeante : près de 75 mouvements de mains, le crux étant en haut. Il faudra saisir des conditions de bonne « collante » et il est difficile de taper plus de deux « runs » par séance.

Deux  répétiteurs pencheraient plutôt pour un 8b de référence (plutôt que 8b+ annoncé).

L'avis d'un grimpeur : On commence par remonter le 7a de Quand je pense à Lulu. Repos total au relais. Le début de la Moussaka est facile, jusqu'au premier crux, où plusieurs méthodes sont possibles : les grands passent à droite, les autres tout droit puis à gauche, un pas demandant des doigts et des placements de pieds. Pendant les 6 mètres suivants, c'est nettement moins dur mais ça force quand même et il faut bien gérer la conti pour arriver presque frais au crux principal : Là, ça déverse franchement et là aussi plusieurs méthodes et variantes sont possibles ; on commence par une petite réglette verticale-inversée, il faut rester au maximum sur les pieds pour aller chercher en deux à quatre mouvements une bonne colonne main gauche puis un ou deux aplats main droite. Le plus dur est de tenir un de ces aplats (en général le deuxième) pour aller chercher une meilleure prise, un coincement de genou est possible mais pas forcément une aide (ça dépend des goûts !). De là certains feront une lolote salvatrice, d'autres feront encore deux ou trois mouvements pour atteindre le repos. On ne devrait plus tomber à la sortie.
Pour moi, c'est un problème de bloc (je suis presque limite en force dans le crux) et de conti (il faut arriver frais dans le crux).